Fraja Maroc - Votre portail 100% Marocain de divertissement et des Médias Accueil accés affiliés Horaires de prière au Maroc





Top TV

2M en direct , 2M Maroc en ligne , 2M monde live HD , 2M online  24h/24h 7j/7j
Vues : 6625

Arriyadia TNT en ligne - Arryadia - Ariyadia En direct - Arriadia TNT live HD - 100% Oussoud, Houate, Al Hakam Al Akhar, Le Journal Télévisé, 100% Botola Pro, Pro Ihtiraf, Studio Botola Pro, Magazine Olympique, FIFA Futbol Mundial, Science du Sport, Transworld Sport, Résumé de Liga, Résumé de Bundesliga, Résumé de Jupiler Pro, Magazine Review - match équipe national en direct - Olympiades London 2012 en direct
Vues : 5066

Al oula en ligne -  RTM en direct - القناة الأولى المغربية مباشرة  - National geographics, Chrikti Mouchkilti, Yaoumyat Lala Lâaroussa, Khalkhal Batoul, Aâïlat Si Marbouh, Majalla Riyadia, Yak Labass, Baâiât Al Ward, Amouddou, Kadaya wa ara2e, Sanabil, information, Fi Bali Oughnia, Sahra, Biladi, Moudawala , Ramadan 2012
Vues : 3919

MBC1 live HD , mbc1 en direct streaming ,mbc en ligne , MBC Masr en direct , mbc1 online
Vues : 1681

MEDI 1 TV en ligne, Medi 1 TV en direct , Medi 1 live 24h/24  7j/7

Massa lkhir - Enigma - Dar design - Zin w Zen - Pop Corn - Countdown - Evènements culturels - Massrah Al Jarima - Bidoun Haraj - Mouatine Al Yawm - Milaf li Nikach - GenY - Génération News - Botolatona - Clip Hit - L’Match - Medi Investigation - Interview - 90 minutes pour convaincre - 24/24 - NCIS - Hawadith Mouthira  - Hareem Sultan - Al Mouhakikoun - An Korb - Connaissance - Découverte - Grand Format - Ousra Tamina 


مساء الخير - إينيكما - دار ديزاين - زين و زن - بوب كورن - كونت داون - مسرح الجريمة - بدون حرج - مواطن اليوم - ملف للنقاش - بطولتنا - الماتش - ميدي انفستكاسيون - ٩٠ دقيقة للإقناع - حوادث مثيرة - حريم السلطان -المحققون - عن قرب
Vues : 608



Top vidéos

ramiz taht al ard ep 1 | رامز تحت الارض حلقة 1 1 ramiztahtard

Vues : 2394

Samhini , épisode  1161  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1161 samhini

Vues : 1770

Samhini , épisode  1160  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1160 samhini

Vues : 1012

Samhini , épisode  1159  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1159 samhini

Vues : 424

Anta Watani ep 29 | أنت وطني الحلقة 29 29 antawatani

Vues : 312

Samhini , épisode  1158  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1158 samhini

Vues : 300

Jassour Wa Al Jamila ep 28  جسور و الجميلة الحلقة 28 28 jassourjamila

Vues : 291

Bab Al Hara 9 ep 1 |  باب الحارة 9 حلقة 1 1 bablhara9

Vues : 265

Tilka Hayati Ana 2 épisode  13  مسلسل تلك حياتي أنا الجزء الثاني 13 ohayatbenim2

Vues : 247

Jassour Wa Al Jamila ep 27  جسور و الجميلة الحلقة 27 27 jassourjamila

Vues : 217

Top du jour


Benin Burkina Faso
Benin VS Burkina Faso
-

Uzbekistan U21 Russia U21
Uzbekistan U21 VS Russia U21
-

Mexico Croatia
Mexico VS Croatia
Match en live ...

Chabab Atlas Khenifra Olympique Khouribga
Chabab Atlas Khenifra VS Olympique Khouribga
Match en live ...

FUS Rabat Moghreb Tetouan
FUS Rabat VS Moghreb Tetouan
Match en live ...

Hassania Agadir Hoceima
Hassania Agadir VS Hoceima
Match en live ...

IR Tanger FAR Rabat
IR Tanger VS FAR Rabat
Match en live ...

Kasba Tadla KAC Kenitra
Kasba Tadla VS KAC Kenitra
Match en live ...

Kawkab Marrakech Wydad
Kawkab Marrakech VS Wydad
Match en live ...

Olympique de Safi Berkane
Olympique de Safi VS Berkane
Match en live ...

Raja Casablanca Difaa El Jadidi
Raja Casablanca VS Difaa El Jadidi
Match en live ...

Calendrier complet des matchs






ahlam morahikatayn


makanouka fi al qalb


alharib 2


SULTANA KOSEM SAISON 1


Comedia Show 2008


houb a3ma 69


Proposez autre chose :
Vos propositions sur Fraja Maroc

En Live

    Salles de cinéma : le prix du ticket augmente alors que l´affluence ne cesse de baisser




Salles de cinéma : le prix du ticket augmente alors que l´affluence ne cesse de baisser

Envoyé par : abdelali88 le 17/01/2013 11:54:10

Quelques mois après son entrée en vigueur, l’instauration de la TVA dans le secteur cinématographique a fini par tirer les prix du ticket à la hausse. Scénario redouté et qui va à l’encontre de l’esprit derrière l’instauration de cette taxe. Ainsi, la salle ABC, à titre d’exemple, a porté le prix du ticket de 30 DH à 35 DH, soit une majoration de 16%. Le même prix est pratiqué au Ritz alors que le Mégarama vient d’adopter une nouvelle grille tarifaire sur laquelle il indique clairement l’inclusion d’une TVA de 20%. Le prix d’une séance avant 17 h est passé de 40 DH à 50 DH, tandis que pour les séances à partir de 18h, le client débourse 60 DH au lieu de 50 DH. «Cette hausse des prix est tout sauf une bonne chose pour les salles de cinéma qui souffrent déjà d’une baisse cinglante de l’affluence», s’inquiète Hassan Belkady, propriétaire et gérant du cinéma ABC. Les chiffres avancés par la Chambre marocaine des salles de cinéma (CMSC) sont édifiants. Les 40 salles encore ouvertes n’enregistrent plus qu’une moyenne de 2 millions d’entrées par an contre une cinquantaine de millions dans les années 80. Sans parler du chiffre d’affaires qui, selon le gérant d’ABC, a chuté de 33% pour atteindre les 80 MDH en 2010.

Secrétaire général de l’association des salles de cinéma depuis trois ans, Hassan Belkady a milité aux côtés d’autres exploitants pour baisser les taxes liées au spectacle cinématographique. En effet, «les salles de cinéma  étaient les seules entités au Maroc à payer différentes taxes parafiscales au profit du Centre cinématographique marocain (CCM), de l’Entraide nationale, du Fonds de soutien du Maroc au peuple palestinien ainsi que les droits d’auteur». Cela représentait entre 12 et 14% des recettes brutes hebdomadaires des salles les plus fréquentées, sachant que le taux de ces taxes (de 1 à 6%) est fonction du chiffre d’affaires.

Le piratage, une autre source de problèmes

A ces taxes parafiscales venaient s’ajouter la patente, l’IS et les autres taxes auxquelles sont assujetties les sociétés normales. Les gérants de salles de cinéma se sont alors tournés vers l’Etat pour réduire ces charges dans un contexte de crise lié à la propagation du phénomène de piratage. «L’idée était de supprimer les taxes parafiscales pour instaurer une TVA culturelle comme en France, entre 5 et 7% récupérable». Après plusieurs réunions, l’application d’une TVA a été retenue mais pas au taux réduit qu’espéraient les gérants et propriétaires de salles. «Dans un premier temps, aucun prix n’a été augmenté mais après les premiers décaissements les gérants se sont vu obligés de répercuter cette hausse de taxes sur le prix du ticket», explique M. Belkady. D’autant plus qu’après l’entrée en vigueur des décrets abrogeant les précédentes taxes parafiscales le 16 mai 2012, les exploitants n’avaient pas encore épuré leurs dettes. Plusieurs salles n’ont pas pu donc payer à temps et d’autres ne pourront pas payer du tout et pourraient entrer dans un cercle vicieux dû aux majorations de retard de paiement. Si les choses se maintiennent, sur la quarantaine de salles toujours ouvertes au Maroc, uniquement une vingtaine qui travaille pourra survivre. L’autre moitié, surendettée, est vouée à une fermeture certaine.

Les exploitants des salles de cinéma sont accablés depuis que, il y a bien longtemps, les spectateurs se sont mis à bouder celles-ci. Que doivent-ils faire :continuer à ramer, à leurs risques et périls, ou abandonner le navire ? A moins d´une embellie, peu probable, en 2006, les propriétaires des salles de Marrakech envisagent de fermer boutique ou de transformer leurs locaux en immeubles de rapport. Hadj Abdelhak Marsalou, qui possède 14 cinémas, à Fès et à Meknès, ne se fait aucune illusion : il arrête les frais. On ne saurait lui en tenir rigueur, au vu de la chute vertigineuse du taux de fréquentation des salles : 33 % en 1980, 23,6 % en 1990, 18 % en 1995, 15% en 2000, 13 % en 2003, 9% en 2004, 4,5 % en 2005. Selon Nabil Benabdellah, ministre de la Communication, les entrées annuelles ont dégringolé de 45 millions, dans les années 1990, à 6 millions aujourd´hui, soit une baisse de 87 %. Vertigineux, en effet !

De 1990 à 2005, le taux de fréquentation a chuté de 87 %
Effet funeste de cette chute, l´extinction irréversible des salles obscures. De 250 en 1980, leur nombre est passé à 191 en 1994, puis à 155 en 2000, 150 en 2003, 140 en 2004, 120 en 2005. Ce dernier chiffre, avancé par le CCM, est contesté : «Le parc cinématographique ne compte pas actuellement plus d´une centaine de salles, affirme Mohamed Layadi, propriétaire du Colisée, à Marrakech. Le chiffre annoncé par le CCM ne tient pas compte de la vingtaine de salles qui, sans avoir officiellement fermé, ne projettent plus de films». Cent salles pour 30 millions d´habitants ! Nous sommes à mille lieues du nombre de 800 salles préconisé par l´UNESCO pour le Maroc. Et le pire est à venir. Car, à l´exception du flamboyant Mégarama, aucun cinéma, qu´il soit vétuste ou flambant neuf, pimpant ou sinistre, mal en point ou robuste, ne semble pouvoir échapper à une fin tragique.

A cet égard, le sort du fameux Dawliz est exemplaire. On se souvient de la séduction exercée par ce complexe dans les années quatre-vingt. La formule plaisait, le lieu attirait, la qualité des films proposés était irréprochable. Mais au fil des années, le Dawliz se mit à battre de l´aile. L´édifice se lézardait sans que l´on se souciât d´en ravaler la façade. Ensuite parut le Mégarama, un joyau monté pour la bagatelle de 200 millions de dirhams. Ne pouvant soutenir la comparaison, le Dawliz capitula. Les complexes de Tanger et de Meknès fermèrent fin 2003. Celui de Casablanca-Corniche est en voie de reconversion en hôtel. Seuls survivent celui de Rabat, maintenu sous perfusion, et celui de Casablanca-Habous, racheté par la société de distribution Maghreb Modern film. Une foison de salles, considérées comme insubmersibles, ont sombré : le Vox, à Casablanca ; le Zahwa et le Marignan, à Rabat ; le Paris et le Marhaba, à El Jadida, entre autres, toutes superbes, irremplaçables.

Pour certains gérants de salle, les complexes sont la seule voie de salut
En des temps pas si lointains, le cinéphile pouvait assouvir sa fringale même dans les bourgs reculés. Azemmour, Imintanout, Moulay Bousselham, Sidi Yahia, à titre d´exemple, avaient leur cinéma. Aujourd´hui, ceinture ! Les villes moyennes ne sont mieux loties. Est-il concevable que Ouarzazate, haut-lieu de notre industrie cinématographique, ne dispose plus d´une seule salle ? Et si vous êtes de passage à Chefchaouen, El Jadida, Errachidia, Ifrane ou Essaouira, résignez-vous à la diète cinématographique : les salles y ont baissé rideau. Les nostalgiques des cinémas de quartier ont de quoi ravirer leurs souvenirs. Victimes favorites du marasme, ces derniers tombent comme des mouches, mois après mois. En 2005, le cinéma l´Arc, à Casablanca, a péri, il n´en subsite plus que le fantôme accusateur. Le Kawakib et le Mauritania allaient connaître le même destin, sans la ferme intervention d´une poignée de personnalités des arts et de la culture. Parviendront-elles à sauver les Schéhérazade, Royal, Verdun, Opéra, Mamounia, Beaulieu ? Le doute est permis, tant ils sont convoités par des spéculateurs dont la cinéphilie n´est pas la vertu cardinale.
Pourquoi cette crise qui s´abat implacablement sur les exploitants des salles ? Comment se fait-il que les Marocains ont perdu le goût du cinoche?

Une rénovation coûte 4 MDH, de quoi décourager les volontés
En chœur, les exploitants montrent du doigt le trafic des DVD, VCD et CD piratés. Ainsi Brahim Berrada, gérant du Rif et du Saâda, à Marrakech: «Les deux salles dont j´ai la charge voient leur fréquentation diminuer annuellement de 15%. A ce rythme, elles seront bientôt vides, et je serai obligé de déposer le bilan. Ce qui arrivera sûrement tant que le piratage ne sera pas éradiqué». Vœu pieux, si l´on juge par la prospérité accrue de ce phénomène. Munich, Bambie, Les Bronzés 3 ou Syriana à 15 DH en DVD, c´est une tentation à laquelle l´amateur de cinéma résiste rarement. 
Certes, le piratage des films est la cause majeure de la désertion des salles, mais elle n´est pas la seule, rectifie Saâd Chraïbi, vice-président de la Chambre marocaine des producteurs de films. En premier, l´état lamentable des salles de cinéma, sur lequel les exploitants jettent un voile pudique. «La plupart sont dans un état de délabrement affligeant, qui en détourne le spectateur. Celui-ci ne comprend pas pourquoi leurs propriétaires ne font pas l´effort de les remettre à neuf, prenant ainsi exemple sur les 30 salles rénovées depuis 1995. Bien que le prix du ticket d´entrée fût majoré, les spectateurs ont continué à y affluer, et leur nombre a même progressé», condamne-t-il.
Qu´en pensent les intéressés ? Plus facile à dire qu´à faire, rétorque Mohamed Belghiti, propriétaire du Rialto, qu´il a relifté de fond en comble. «A première vue l´exemption, à la suite d´une rénovation, de la taxe parafiscale (4,75 % du prix du billet) est encourageante. Puis, on s´aperçoit qu´elle ne concerne pas les dividendes qui, eux, demeurent imposables». Un marché de dupes dont les propriétaires ne tiennent pas à faire les frais. De surcroît, la moindre rénovation coûte au bas mot 4 MDH, somme qui n´est pas toujours dans leurs cordes. Sans compter qu´une cabine de projection importée (1 MDH), par exemple, est dédouanée au taux faramineux de 85 %. Tout cela est un peu fort de café, et les exploitants ne veulent pas s´y laisser prendre.

A l´état déplorable des salles s´ajoute la médiocre facture des films proposés comme responsable de la sinistrose dans laquelle baigne le parc cinématographique. Quand les Dawliz, à Casablanca et Rabat, le Rialto, le Lynx et le Mégarama, à Casablanca, et le Colisée, à Marrakech, se font un point d´honneur de régaler leurs clients avec des œuvres de la meilleure eau, les autres salles cultivent le mauvais goût et ne sont pas regardants sur l´état de fraîcheur des produits proposés. Pas moins de cinquante cinémas ont contrat annuel avec une société de distribution indienne, qui leur refile des navets bollywoodiens datés. Les inconditionnels du genre y foncent, les autres rebroussent chemin. C´est ainsi que les salles se vident.

Comment sortir de l´impasse ? «Je n´entrevois aucune solution au marasme qui sévit sur le secteur cinématographique», se décourage Mohamed Layadi. Brahim Berrada, lui, ne se laisse pas abattre et voit le salut dans la multiplication des complexes : «Les salles à écran unique sont condamnées à disparaître, vu qu´elles ne peuvent lutter contre le piratage. Au moment où elles projettent un film, les autres films récents sont «traités» par les pirates. Lorsqu´elles les acquièrent, personne ne vient les voir, puisque les amateurs les auront déjà faits à travers un DVD», explique-t-il. Et d´ajouter : «Les complexes sont la seule voie de salut. En proposant simultanément quatre ou plusieurs films récents, ils ne laissent pas aux pirates le temps d´effectuer leur triste besogne». Saâd Chraïbi n´est pas de cet avis : «Le CCM clame que l´avenir est dans les multiplexes. J´en doute. D´abord, parce qu´il est difficile de trouver un particulier prêt à engager la centaine de millions de dirhams nécessaires à cette entreprise. Ensuite parce qu´il serait désolant de voir les cinémas de quartier disparaître au profit des complexes. Ils contribuent à l´animation des zones où ils sont implantés. Leur mort provoquerait celle des quartiers».
Trois mesures s´imposent, d´après Saâd Chraïbi. La première consiste à obliger, par un texte de loi, les propriétaires des salles encore existantes à rénover celles-ci. La deuxième à convaincre l´Etat d´accorder aux particuliers désireux de créer des salles des facilités pour l´obtention de terrains à des taux abordables. Enfin, amener l´Etat à revoir à la baisse les conditions d´exonération de toutes les taxes pendant dix ans, au bénéfice des salles nouvellement créées. Celle-ci n´est consentie que pour un investissement de 200 MDH, somme exorbitante, il faut l´avouer.
En attendant qu´on lui apporte les remèdes salvateurs, le parc cinématographique agonise. Le premier ministre s´en est ému, il vient de décider de se mettre à son chevet. Muni d´une panacée, espère-t-on !.

Une centaine de salles pour 30 millions d´habitants au Maroc. On est loin des 800 salles préconisées par l´Unesco !


vos commentaires
Pour pouvoir commenter en votre nom merci de Vous connecter ou s'enregitrer sur le site

Ajouter un commentaire





Le contenu de ce site web est ouvert à  tous le public.
Si vous constatez qu'un élément ou plusieurs sur notre site viole votre copyright ou présente un contenu illégal veuillez nous contacter pour supprimer.




Sitemap principal| Sitemap radio| Sitemap Noukat| Sitemap musique| Sitemap Film| Sitemap Contenu| Sitemap Articles| Sitemap Matchs| Sitemap TV| Sitemap Vidéos