Fraja Maroc - Votre portail 100% Marocain de divertissement et des Médias Accueil





Top vidéos | الفديوهات الاكثر مشاهدة

Nasr El Sa3eed ep 1 | مسلسل نسر الصعيد حلقة 1 1 nasrassa3id

Vues : 4649 : مشاهدات

Hob A3ma 2 ep 35 | حب أعمى 2 الحلقة 35 35 hoba3ma2

Vues : 2666 : مشاهدات

Samhini , épisode  1473  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1473 samhini

Vues : 2167 : مشاهدات

Nasr El Sa3eed ep 21 | مسلسل نسر الصعيد حلقة 21 21 nasrassa3id

Vues : 2150 : مشاهدات

Disk Hyati ep 1 | ديسك حياتي حلقة 1 1 disque7yati

Vues : 1843 : مشاهدات

Samhini , épisode  1468  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1468 samhini

Vues : 1798 : مشاهدات

Samhini , épisode  1467  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1467 samhini

Vues : 1419 : مشاهدات

Samhini , épisode  1472  المسلسل التركي سامحيني الحلقة 1472 samhini

Vues : 1296 : مشاهدات

9oloub Taiha ep 27   قلوب تائهة حلقة 27 27 9olobtaiha

Vues : 1212 : مشاهدات

9oloub Taiha ep 25   قلوب تائهة حلقة 25 25 9olobtaiha

Vues : 1021 : مشاهدات

Top Semaine | الاكثر متابعة هذا الاسبوع



Chtayri.com

Calendrier complet des matchs
جدول المباريات كاملا




righteous kill


how he fell in love


lan atakhla


L´GHOUL


bekthi


KOULOB TAIHA




Vos propositions | إقتراحاتكم


En Live | بث مباشر

    Le gouvernement met à mal sa majorité




Le gouvernement met à mal sa majorité

Envoyé par : fati90 le 13/11/2012 23:56:21

Le débat autour du projet de loi de Finances pour l’année 2013 au Parlement a mis la majorité gouvernementale au pied du mur mettant l’accent sur sa possible fragilité. Ceci a éclaté à la suite du dernier conseil du gouvernement. En effet, le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, avait fait le point sur la présentation du ministre de l’Économie et des finances et le ministère délégué auprès du ministre de l’Économie et des finances chargé du Budget, devant le conseil du gouvernement concernant le projet de loi de Finances. C’est à ce sujet que des parlementaires istiqlaliens ont estimé assassins les propos du porte-parole du gouvernement, allant jusqu’à demander des excuses de la part du gouvernement.

Que comportent ces propos ? Et bien, Mustapha El Khalfi avait dit que «le gouvernement a enregistré, avec étonnement, les interventions de certains parlementaires appartenant à la majorité. Il a appelé à être responsable dans ce débat sur cette loi qui garantit une série de nouvelles mesures qualitatives…» C’est ce passage qui a poussé le groupe parlementaire istiqlalien à la première Chambre du Parlement, se considérant comme visé, à tenir, lundi matin, une réunion à l’issue de laquelle a été adopté un communiqué incendiaire à l’égard du gouvernement. Dans ce communiqué il a demandé à l’équipe d’Abdelilah Benkirane de formuler des excuses. Le groupe istiqlalien a annoncé son «grand étonnement» face au comportement du gouvernement qui s’immisce dans les attributions du Parlement. Une «institution qui est habilitée, constitutionnellement, à contrôler le gouvernement et non pas le contraire. Il est du droit de tous les parlementaires de discuter de toutes les questions, d’émettre leurs opinions et de présenter les amendements qu’ils jugent opportuns», lit-on dans le communiqué du groupe parlementaire istiqlalien. C’est dans ce contexte qu’il a demandé au gouvernement de présenter des excuses.  Par ailleurs, les choses ne se sont pas arrêtées là. Le soir même de la publication de ce communiqué, le comité exécutif du Parti de l’Istiqlal a tenu sa réunion et a soutenu, corps et âme, la position de son groupe parlementaire.

Plus que cela, il a considéré les propos du gouvernement comme une atteinte à l’esprit de la nouvelle Constitution. Le comité exécutif a réitéré la demande de son groupe, celle demandant au gouvernement de formuler des excuses. Appel suivi, dans le communiqué du comité exécutif, de la volonté du Parti de l’Istiqlal de redoubler d’efforts pour rehausser la cadence du rendement de la majorité «dans un cadre d’équilibre et de coopération effective, à tous les niveaux». Cette sortie de l’instance dirigeante du Parti de l’Istiqlal remet sur le tapis la faiblesse de la majorité gouvernementale. Question qui est revenue au-devant de la scène depuis l’accession de Hamid Chabat à la tête du parti de la balance. D’ailleurs, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, avait reproché la position de certains de ses alliés de la majorité et qui en font une coalition non soudée. Ceci interpelle les partis de la coalition, notamment pour revoir la charte de la majorité dont les termes semblent être aujourd’hui dépassés ou, du moins, n’arrivent plus à encadrer les relations entre les composantes de la majorité.

vos commentaires




Merci de nous contacter pour traiter vos requêtes concernant le contenu du site.
من اجل الاستفسار عن اي موضوع يخص محتوى الموقع المرجو الاتصال بنا